Olivier Callebaut : de nouvelles méthodes d’organisation avant de vouloir innover ou faire du numérique

Olivier Callebaut : de nouvelles méthodes d’organisation avant de vouloir innover ou faire du numérique


(Temps de lecture : 6 minutes) 


Olivier Callebaut est responsable du programme « Hello World » auprès des Mutualités Libres en Belgique. Ce programme a pour objectif de faciliter la vie des patients grâce aux nouvelles technologies.

be2b7379-3116-42bf-9275-b37d5bb00c84-large

L’équipe qui a participé au mHealth Hackathon 2016 sous la coordination d’Olivier Callebaut, e-Business Program Manager (à droite). L’équipe a participé au développement d’applications qui serviront demain à la prise en charge des soins à domicile.

Alexandra Giroux : Pourquoi les entreprises issues des d’économies traditionnelles devraient-elles se transformer ?

Olivier Callebaut : Beaucoup d’entreprises fonctionnent actuellement sur le modèle d’après-guerre. À l’époque on manquait de tout et l’objectif était de pouvoir rapidement reconstruire le pays. Il a donc fallu créer des schémas d’organisations basés sur des modèles productivistes. Mais ces structures profondément hiérarchiques ne marchent plus aujourd’hui. Nous ne sommes plus dans un environnement où l’on souffre du manque. A l’inverse, nous sommes dans un contexte de surabondance où tout le défi consiste à trouver les bons produits qui répondent à nos besoins. Les entreprises doivent donc s’adapter pour survivre ! D’où l’attrait actuel pour les méthodes agiles, le lean management, l’entreprise libérée, l’holocratie ou encore la sociocratie. Avant de vouloir « innover » ou « faire du numérique » il faut donc déjà travailler sur de nouvelles méthodes d’organisation.

Par où peut-on commencer pour travailler plus intelligemment ?

Chez les grandes organisations, on perd beaucoup de temps dans des tâches liées au contrôle ou dit autrement au reporting. Le film « Demain » dénonce d’ailleurs ces bullshit jobs comme on les appelle qui dénaturent le travail. Car au final ce qui a de la valeur, ce n’est pas la présentation Powerpoint qui permet de faire le suivi du projet. Ce qui a de la valeur, par exemple dans un projet web ou informatique au sens large, c’est la ligne de code du développeur.  Nous devons donc réinventer le modèle de l’organisation en ayant moins de chefs, moins de sous-chefs et moins de reporting. Il est urgent de mieux réfléchir ensemble et de remettre de la valeur ajoutée au bon endroit. Dans ce genre de projet de transformation, le frein est rarement budgétaire. Il est bien plus souvent organisationnel et culturel.

Quelles qualité les employés des organisations devront-ils avoir pour faire face à ces transformations ?

Les employés des entreprises doivent oser être challengés et accepter l’échec en en tirant les leçons pour l’avenir. Il n’est pas facile pour une grande organisation d’être aussi agile qu’une start-up mais certaines initiatives peuvent aider à stimuler la créativité et l’engagement. Par exemple, les employés peuvent être évalués également en fonction de leur orientation innovation. Certains projets innovants proposés par les collaborateurs sont de formidables opportunités pour les organisations : pourquoi ne pas donner la latitude aux employés pour qu’ils puissent de manière structurelle consacrer une partie de leur temps de travail à développer ces projets ? Ceci existe déjà d’ailleurs dans certaines organisations.

Une entreprise libérée peut-elle mieux servir son client ou son patient ?

Tout à fait ! En cassant les silos, on va pouvoir mieux partir de l’expérience client. C’est d’ailleurs un élément fondamental dans notre programme « Hello World ». Pour offrir un service de qualité, il faut se mettre dans la peau du patient qui se présente à un guichet physique ou en ligne. Quel est son raisonnement, son sentiment du moment ? Il faut pouvoir capter ce que le patient ressent et avoir de l’empathie pour lui. Parfois, les patients sont face à des contraintes logistiques ou administratives que les développeurs n’imaginent pas. D’où la nécessité de faire évoluer les choses pour qu’il y ait moins de bureaucratie et plus d’outils efficaces. En matière de santé mobile, que ce soit avec l’arrivée des capteurs ou autres objets connectés, les défis sont nombreux !

Quels sont les risques de cette révolution digitale dans le secteur de la santé ?

La transformation numérique de la santé offre de multiples opportunités mais il faut également pouvoir poser des balises en matière de législation, de sécurité informatique et d’éthique. Il est également important de sensibiliser et de former à l’utilisation de tous ces nouveaux objets connectés qui ont vocation à nous faire vivre mieux et en meilleure santé.

En quoi la transformation numérique peut-elle apporter un plus pour le patient ?

Imaginez qu’un patient doive faire 300 kilomètres pour effectuer un bilan médical. Pourquoi ne pas lui simplifier la vie en lui proposant d’effectuer certains contrôles ou examens via des systèmes de télémédecine ? Ou bien pourquoi ne pas utiliser sur base volontaire les objets connectés pour qu’un médecin ait des informations sur l’état de son patient diabétique entre les visites ? La transformation numérique est un plus pour la santé, tant dans le cadre de la prévention que de l’aide à la décision. Elle peut représenter une réelle plus-value pour le patient, en lui permettant d’améliorer son confort de vie. Mais ceci doit se faire toujours selon le choix volontariste du patient ou de ses aidants-proches. Cela ne doit pas être imposé et dirigée par un modèle déshumanisé  qui serait ancré sur les coûts.

Découvrez Yousign

Éditeur de Simple as Hello, Yousign est votre solution de signature électronique.
C’est un sujet qui vous intéresse ? contact(at)yousign.fr ou directement au 01 84 88 02 89.